Düsseldorf : 13 Conférences sur l’Europe, 2012-2014

Nous avons créé notre antenne à Düsseldorf, avec nos premiers adhérents. Et avons lancé notre « Salon-Vert-du-Rhin » re-visité en lui substituant un cycle de 13 conférences sur l’histoire et les valeurs de l’Europe et leur conséquences aujourd’hui. Car « souviens-toi que ce n’est pas toi qui portes la racine, mais la racine qui te porte » (Saint-Paul cité par Georges Steiner).

Conférences, suivies de questions-discussions
sur « Histoire/Histoire de l’Art/Histoire des idées »
autour d’Elizabeth Antébi, Docteur en histoire des sciences religieuses (EPHE Sorbonne), licenciée ès Lettres classiques et en Histoire de l’Art.

Nous ne savons plus guère ce que nous entendons par « Europe » depuis que l’Euro  bat de l’aile. Mais une culture commune, un souffle commun, un point de vue, une Weltanschauung, un Way of Life – qui s’étendent jusqu’au « Nouveau Monde » américain – se réduisent-ils à de la monnaie ? Ou la monnaie se bat-elle à partir d’une vision politique, économique, qui plonge ses racines dans un héritage  culturel commun, avec divers courants bien sûr, contradictoires parfois ? Chaque conférence parle des prolongements et correspondances modernes (guerre Grèce-Perse et Iran d’aujourd’hui, Rome et Carthage/ Paris-Tunis, vision européenne de la femme, etc.) ?

           1. et 2. L’épopée, le « miracle grec », Alexandrie  JEUDI 4 OCTOBRE 2012, 10h

Homère et le héros humain ; portraits de femmes ; invention de la monnaie (VIIè siècle av. J-C) par les Grecs d’Asie mineure ; invention du théâtre et de la démocratie ; Eschyle et les droits de l’homme ; Hérodote et le grand reportage, Thucydide et l’histoire immédiate ; Aristophane ou « peut-on rire de tout ? » Alexandre et les conquêtes (choc avec la Perse-Iran)
Alexandrie ville de Lawrence Durrel : la Grande Bibliothèque, Hypathie, les Ptolémée, Euclide, essor des sciences. Ville-carrefour légendaire.

          3. et 4. Rome : de la « Grande Grèce » et des Etrusques à l’Empire « mondial »
PROCHAINE CONFERENCE : EMPEREURS ET NAISSANCE DU CHRISTIANISME 7 février 2013

Quand la Grèce n’était pas (seulement) en Grèce. Mystère étrusque. La République et Jules César : le temps des conquêtes, Arminius et Vercingétorix (pourquoi les Allemands préfèrent-ils célébrer le vainqueur et les Gaulois le vaincu ?). Quand Rome n’est plus (seulement) dans Rome, mais en Afrique, en Asie et aux confins de l’irréductible Ecosse.

       5. Le Moyen-Âge vu parles Juifs

Connaît-on beaucoup en France le nom de Rachi, vigneron et commentateur du Talmud ? Les traducteurs et les kabbalistes qui furent traducteurs pour les moines ? A-t-on remarqué au portail des églises la figuration étonnante de la Synagogue vaincue et de l’Eglise triomphante ? Sait-on que les Juifs s’installèrent en Gaule bien avant le christianisme, dans le sillage des troupes romaines ? Peut-on détecter sur bien des fresques en Alsace le petit chapeau jaune des Juifs ? Sait-on pourquoi ils furent réduits au métier d’usurier tant décrié dans le Shylock de Shakespeare ? Sait-on que ce fut Isabelle la Catholique qui fit basculer l’anti-judaïsme traditionnel dans l’antisémitisme récent avec sa notion de « sang pur » ?  L’aventure de Frédéric de Hohenstaufen.

ou

         5bis. L’apport des Juifs à l’Europe

Une partie de ce qui précède, + Qu’aurait été l’humanisme du Collège de France, créé par François Ier,  sans le courant hébraïque, parallèle et parfois contraire au courant gréco-romain ? Qu’eussent été des capitales comme Salonique, Berlin, Vienne, Paris sans cet esprit si particulier que l’on retrouve chez Schnitzler, Freud, ou Offenbach ? Ou sans les investissements et visions des Rothschild ou des Pereire ? Ou sans les particularités des « marranes » du Sud-Ouest et de la péninsule ibérique, ou des Juifs alsaciens et lorrains ?  Sans parler de la passerelle Orient-Occident dont ils furent souvent les vecteurs et les go-between ?

          6. Le XIXème siècle : mythes historiques, naissance de l’idéologie

Après le Quattrocento en Italie et la Renaissance en France, le XVIIème siècle des grands royaumes et grands empires,  le Siècle des Lumières et de la raison au XVIIIème siècle, vint le siècle du romantisme et des grands bouleversements : l’archéologie, la philologie, la linguistique, l’étude des textes sous bien des aspects firent basculer les textes sacrés dans l’histoire ; parallèlement se créait un fantasme de l’Orient.  Le XIXème siècle fut aussi le siècle des Révolutions et des héros de l’Indépendance dans bien des pays – Garibaldi, Herzl et autres. Le siècle des remises en cause de l’ordre social, avec Marx et l’invention du « communisme » par Marx et Engels en 1848, au moment-même des soulèvements dans toute l’Europe. Glissement de l’idéal à l’idéologie. Lois sur le divorce, sur l’éducation des filles. Soubresauts des Empires (austro-hongrois, ottoman …) qui prépare leur éclatement après la 1ère Guerre Mondiale. Cette période se termine par l’article du Président (américain) Wilson sur le droit, fort ambigu, des minorités à disposer d’elles-mêmes.

Une première série de conférences a été dédiée à une définition de ce que nous appelons « Europe », sous un angle plutôt chronologique. Chaque conférence parlait des prolongements et correspondances modernes (guerre Grèce-Perse et Iran d’aujourd’hui, Rome et Carthage/ Paris-Tunis, vision européenne de la femme, etc.) : Ce furent : 1. et 2. L’épopée, le « miracle grec », Alexandrie . 3. et 4. Rome : de la « Grande Grèce » et des Etrusques à l’Empire « mondial ». 5. Le Moyen-Âge vu parles Juifs. 5bis. L’apport des Juifs à l’Europe. 6. Le XIXème siècle : mythes historiques, naissance de l’idéologie. cf. https://associationfortunajuvat.wordpress.com/dusseldorf-6-conferences-2012-2013/

Cette nouvelle série 2013-2014 aborde des thèmes ponctuels sur lesquels on nous a demandé de revenir, car nous les avions seulement explorés :

7. De la liberté des femmes en Europe et dans le nouveau monde MARDI 17 SEPTEMBRE 2013, 10H 30

La liberté des femmes passe-t-elle, en Occident, par une « libération » ? Plusieurs visions s’affrontent ou se chevauchent : travail pour toutes, en France, et égalité – jamais atteinte –  des salaires ; KKK de l’Allemagne, avec des femmes qui élèvent des enfants plus pacifiés et n’alourdissent pas la courbe du chômage ; anglo-saxonnes et latines, héritières des femmes de Sparte, tournées vers la compétition, la guerre et le sport, ou héritières des Cours d’Amour du moyen âge et des femmes d’influence, des muses et des égéries.
Louis Aragon écrivait « L’avenir de l’homme, c’est la femme. Elle est la couleur de son âme », phrase transformée par Jean Ferrat dans une chanson en : « La femme est l’avenir de l’homme ». Quand une société se féminise, disent certains historiens, n’est-ce pas signe de décadence ? Parcours de l’histoire à travers ses héroïnes – Sappho, les 4 Julia (Julia Domna etc.), Boadicée, Sainte Geneviève, les Abbesses du Moyen âge, Kahena, Jeanne Hachette, Jeanne d’Arc, Bettina von Arnim, etc.
De quand date l’idée d’une « libération » des femmes – 1966 avec Betty Friedan et sa « Femme mystifiée » à l’origine du Women’s Lib ou bien avant ? Et que recouvre cette expression ?
De Judith à Esther, des Amazones à Sparte, d’Olympe de Gouges à George Sand, des femmes se sont illustrées mais furent-elles libres ou libérées ? Les muses, les inspiratrices, les femmes « d’intérieur » sont-elles à jeter avec l’eau du bain ?

8. et 9. Les racines moyen-orientales de l’Europe MARDI 15 OCTOBRE) et 14 NOVEMBRE

Le nom même d’Europe vient, nous le savons, d’une princesse libanaise enlevée par le roi des dieux grec et déposée en Crête. Notre écriture, de son frère, Cadmos, parti à sa recherche. Quant à notre Europe géographique, c’est, comme le soulignait Emmanuel Berl dans son « Histoire de l’Europe », un petit point à l’extrémité du continent asiatique. Qu’est-ce donc qui fait de l’Europe ce qu’elle est, un trait d’union entre le très ancien monde pour le passé, et le très nouveau monde qu’elle a fondé ? Quel rôle joue l’Empire ottoman dans cette affaire, du Machrek (Pays du Soleil levant ou Orient arabe) au Maghreb (Pays du Soleil couchant) ? Et le Caucase ? Vienne ? Les Juifs ? L’Arménie ?

    10. L’Héritage Occident-Orient JEUDI 16 JANVIER

Avec le grand tournant du XVIIIème siècle (Lumières) et du XIXème siècle (romantisme, socialisme) qui se traduisent hélas en partie par les horreurs du XXème siècle (communisme et nazisme, individualisme exacerbé et marchandisation de tout), avec aussi l’éclatement des grands empires et la fin de la colonisation européenne – car bien d’autres sont à l’oeuvre – , l’Europe n’a-t-elle pas légué au monde les instruments de sa transformation, qui risquent de se retourner souvent contre elle : sciences et techniques, démocratie et liberté des minorités à disposer d’elles-mêmes, marxisme, trotskisme, règne de l’argent ? Avec quelques contrepoisons. Exemple de la Chine – jeux olympiques et opéra.

11. et 12. L’Europe est-elle religieuse ou laïque ? JEUDI 13 FEVRIER et JEUDI 20 MARS

L’origine de l’Europe ne se définit-elle pas par la conversion de Clovis et celle du roi de Kiev quelques siècles plus tard ? La laïcité n’est-elle pas déjà inscrite dans l’Evangile ? Les Juifs ne sont-ils pas arrivés dans le sillage des légions romaines et n’ont-ils pas fondé une grande partie de l’histoire de l’Europe ? Quant aux musulmans, n’ont-ils pas fondé une grande civilisation au sud de l’Espagne et n’apparaissent-ils pas dans la littérature dès la Chanson de Roland ? L’Inquisition dominicaine, la Réforme de Luther et Calvin, la réforme à l’intérieur de l’Eglise catholique avec les Jésuites, puis le siècle des Lumières n’ont-ils pas irrigué tout l’imaginaire européen ?

13. L’autre Europe et le Grand Tournant : Vikings, Celtes, Normands, Saxons, Pictes, Scots … MERCREDI 9 AVRIL

Selon Kenneth White, les Ecossais auraient inventé Dieu pour avoir quelqu’un de vraiment sérieux avec qui discuter. Que serait aussi l’Europe du Nord sans les Vikings qui nous font encore frémir ou les Celtes, qui défendent encore aujourd’hui leur culture, à ce titre que Harvard a commencé des cours de … langue bretonne. Sans parler du succès de Harry Potter ou du Seigneur de l’Anneau. Quelles sont au fond les valeurs fondatrices de l’Europe ? Ce qu’elle a légué au Nouveau Monde ? Ce qui perdure et se transmet ?

et en rappel, la collection esquissée avec l’historien Jacques Le Goff, Umberto Eco et quelques autres : L’Imaginaire européen pr conf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s